Auberge du Sept

Our awards

 
Petit futéLes chefs passent à table
Un brin de folie sans trop s'écarter des grands classiques

Depuis 4 ans, Pascal et Claude-Hélène Bellavia sont installés à l’Auberge du 7 à Brinon-sur-Sauldre. La cuisine : un métier riche d’émotions et de sensibilité...
Accédez à l'intégralité de l'article paru dans la Nouvelle République.
 
Petit futéL'avis du Petit Futé sur L'Auberge du 7

Voici une auberge avec tout ce que le terme véhicule : accueil chaleureux, décor douillet et bonne voire très bonne cuisine. Dans l'assiette, cela donne de bons petits plats cuisinés lentement afin d'exhaler tous les arômes et épices délicats. Chaque jour, de nouveaux mets sont proposés à l'ardoise. Le chef Pascal Bellavia puise son inspiration dans ses contrées d'origine l'Italie mais aussi dans ses terres d'adoption - on retrouve ainsi des spécialités propres aux bouchons lyonnais comme la cervelle de canut ou le saucisson de Lyon revisités. Mais ses talents ne s'arrêtent pas là. Futé a pu apprécier un velouté de panais, un chapon sauce aux morilles tendre à souhait et une délicieuse tartelette aux noix. Chaque semaine, des menus week-end plus élaborés sont à découvrir. Le restaurant possède le charme solognot avec ses poutres en bois et son caractère traditionnel. Claude-Hélène vous conduit depuis le petit salon à votre table pour une belle escale gourmande. Pour poursuivre le séjour en Sologne berrichonne, l'auberge propose 5 chambre d'hôtes.
Guide du routard 2014
La Bouinotte - Le magazine du Berry - Hors-série 2014
Guide du routard 2014 Routard 2014
Journal de Gien Journal de Gien




Fermée depuis plusieurs mois, l'Auberge du 7 a trouvé des repreneurs, Pascal et Claude- Hélène Bellavia. Ils arrivent le Lyon (Rhône) et prennent la succession de Florent Poittevin, qui avait tenu l'établissement en famille pendant plusieurs années. C'est leur première installation même si le couple a déjà une solide expérience culinaire.
En effet, Pascal a exercé pendant vingt-trois ans à l'hôtel des Impôts à Lyon à l'issue de ses études en école hôtelière.




Quant à Claude-Hélène, elle assurait un emploi dans un cabinet d'audit en restauration. Tous deux sont décidés à faire découvrir de nouvelles saveurs à leurs clients comme le confit de canard et son pressé de pommes de terre, le veau aux olives et son gratin dauphinois, le gâteau de foies de volaille sauce Nantua, le soufflé de saumon avec ses fines courgettes, les lasagnes de légumes confits, la tartelette praline ou leur tiramisu maison.

Un seul mot d'ordre pour nos restaurateurs, cuisiner des produits frais. Pascal prévoit une ardoise qui change quotidiennement avec trois entrées, deux plats et trois desserts et des prix doux débutant à 13,50 euros. Pour le week-end, même système avec des plats plus élaborés. Parallèlement, cinq chambres d'hôtes sont ouvertes à l'auberge. Le couple souhaite également instaurer la notion de table d'hôtes pour des repas plus chaleureux.

Aujourd'hui, nos nouveaux restaurateurs ouvrent l'établissement après quelques aménagements personnels. L'établissement conserve son cadre d'auberge solognote avec le fameux piano trônant dans la salle à manger.
 
Journal de Gien Journal de Gien

Journal de Gien - 3 janvier 2013
 
La Nouvelle République - 17 novembre 2012
 
 
7, Grande Rue
18410 Brinon sur Sauldre
Phone: 33 2 48 58 56 65
Cellular: 33 6 47 60 14 61
  Version françaiseEnglish (United Kingdom)